Parc national de la Vanoise
-A +A
Share

La Réserve naturelle nationale de la Bailletaz

Harde de bouquetins mâles, au centre de laquelle se trouve un individu portant un marquage auriculaire et équipé d’un collier GPS
Randonneur face à un panneau indiquant l'entrée dans la RN de la Bailletta (vue vers la Pointe du Santel)
Vue sur le Lac de la Bailleta

La Réserve naturelle nationale de la Bailletaz se situe en haute Tarentaise sur la commune de Val-d’Isère, en rive droite de l’Isère. Sa superficie est d’un peu moins de 5 km². Elle est comprise entre les altitudes de 2050 m sur l’adret au-dessus du hameau du Fornet et 3062 m au sommet de la Tsanteleina. Elle est bordée au nord par la Réserve naturelle nationale de la Grande Sassière, à l’est par une petite portion du territoire italien et surtout par le vallon de Prariond dans le cœur du Parc national de la Vanoise, au sud par la vallée de l’Isère et la route du col de l’Iseran et à l’ouest par les pentes rocheuses sises sous l’aiguille du Dôme.

Le décret de création de cette réserve a été signé en décembre 2000. Il résulte de longues négociations débutées au début des années 1980 et concrétise un échange entre le déclassement de l’ancienne Réserve naturelle de l’Iseran et la protection de cet espace au titre de mesure compensatoire.

L’État a confié la gestion de la Réserve naturelle nationale de la Bailletaz au Parc national de la Vanoise. Une convention définit les missions et obligations du gestionnaire. La bonne gestion de la réserve s’appuie sur un document diagnostic et programmatique : le plan de gestion. L'actuel plan de gestion couvre la période de 2014 à 2023. Un comité consultatif, où siègent des propriétaires, des usagers, des élus, des scientifiques et des associations de protection de la nature, nommés par le Préfet de la Savoie, examine la bonne mise en œuvre du plan de gestion. Ce comité s’assure de la préservation des patrimoines et de leur mise en valeur dans le respect de la réglementation. 

Patrimoines

Une cartographie détaillée des milieux naturels de la réserve a été effectuée en 2003 lors de la mise en œuvre du premier plan de gestion. Vingt-huit milieux différents ont été identifiés. Les milieux rocheux (falaises, éboulis, dalles, glaciers...) occupent environ 55 % de la surface totale. Les différents types de pelouses subalpines et alpines constituent l’autre grande catégorie de milieux naturels avec des pelouses calcaires ou acides et des pelouses de crêtes ventées. Les zones humides représentent seulement 0,5 % des habitats inventoriés.

C’est au sein des pelouses sommitales que pousse la plante la plus emblématique de la réserve : la Seslérie ovale. Toutes les populations françaises de cette endémique alpine sont localisées dans les deux réserves que sont la Baillettaz et la Grande Sassière. La bonne connaissance de l’évolution des populations de cette Seslérie ovale constitue un exemple d’objectif opérationnel du plan de gestion. Parmi les autres espèces végétales pour lesquelles la réserve a une forte responsabilité, citons la Drave de Hoppe. Cette autre espèce endémique alpine, très rare en France, ne bénéficie pas d’une protection réglementaire. Sa pérennité est liée à la protection de son milieu de vie : les éboulis de calcschistes d’altitude.

La faune de la réserve se compose de nombreuses espèces spécialisées des milieux d’altitudes. Les vertébrés sont les mieux connus. Les pentes bien exposées sont favorables à certains oiseaux comme le Monticole de roche, la Perdrix bartavelle, le Tichodrome échelette, etc. Les parties les plus hautes de la réserve sont le domaine du Lagopède alpin et du Lièvre variable. Particulièrement en hiver et au printemps, la Bailletaz est un site important pour l’alimentation du Gypaète barbu. La réserve assure aussi une continuité des territoires utilisés par les populations d’ongulés sauvages. Le versant, escarpé et orienté au sud, correspond également à une importante zone d’hivernage et de mise-bas pour le bouquetin et le chamois. 

Activités et animations

Des gardes animateurs contribuent à faire découvrir les patrimoines de la réserve. Ils assurent également la maintenance des équipements (panneaux d’informations), la surveillance et participent aux missions scientifiques conduites par le gestionnaire. La réserve est traversée par un sentier de randonnée, mais en raison du dénivelé important (presque 1000 m entre le Fornet et le col de la Bailletaz), la fréquentation estivale reste modérée. Quant à la fréquentation hivernale, elle est anecdotique.

 

Réglementation

Les réglementations classiques en faveur de la préservation des patrimoines naturels sont rappelées sur des panneaux le long du sentier de randonnée. La chasse et la pêche sont interdites dans la réserve, comme le bivouac et la pratique du VTT. Les chiens, même tenus en laisse, ne sont pas autorisés.

Logo RNN Bailletaz