Parc national de la Vanoise
-A +A
Share

Les usages traditionnels de l'eau

Le Parc national élargit sa connaissance des usages traditionnels de l'eau sur le territoire à travers une étude, résultat d'un an d'enquête et de 130 interviews.
Usages traditionnels de l'eau : un élément essentiel du patrimoine

« Ni pè plôze ni pè rudâ, lâché toûn rècôr a êva » « Par n'importe quel temps, même s'il pleut à torrent, n'hésite pas à irriguer tes prairies si tu veux obtenir une deuxième récolte de fourrage ». Dicton de Séez

Depuis des siècles, les habitants de la Vanoise ont capté l'eau des torrents grâce à un important réseau de canaux, d'acqueducs en bois et de rigoles. Les usages traditionnels de l'eau ainsi que les techniques et savoir-faire associés sont une composante importante du patrimoine culturel du Parc national de la Vanoise. Aujourd'hui, ce patrimoine n'est pratiquement plus utilisé et disparait peu à peu. Des études pour mieux connaître ces usages.

C'est pourquoi le Parc national de la Vanoise mène depuis plusieurs années des actions concernant les usages traditionnels de l'eau.

En 2005, un premier inventaire sur les canaux d'irrigation a été mené sur l'ensemble des communes de la Vanoise. En 2012, le Parc a commandé en partenariat avec le Muséum national d'Histoire naturelle une étude intitulée « icon les usages traditionnels de l'eau en Vanoise », financée en partie par le Conseil Régional Rhône Alpes. Ce rapport est le résultat de la première étude concertée sur l'irrigation traditionnelle en Savoie, aboutissant à un inventaire et une description du fonctionnement et du rôle des canaux d'irrigation dans l'économie agro-pastorale traditionnelle du Massif de la Vanoise.

L'étude 2012 : quoi de nouveau ?

Combinant les efforts de deux ethnologues, un historien médiéviste une patoisante locale, le rapport résulte d'une année d'enquêtes dans les archives départementales, communales et familiales et des centaines d'heures d'interviews sur le terrain auprès de plus de 130 personnes âgées ayant pratiqué l'arrosage dans leur jeunesse.

Il présente notamment un inventaire totalisant presque 300 canaux principaux répertoriés et cartographiés dans le massif.

L'ensemble rivalise avec l'infrastructure des canaux disposés traditionnellement dans la Vallée d'Aoste et dans le Valais, ces derniers étant actuellement sous considération pour une candidature au Patrimoine Mondial de l'Humanité de l'UNESCO.

Un lexique en Franco-provençal des termes locaux appliqués aux différents usages de l'eau permet de comprendre l'importance des activités liées au usages coutumiers de l'eau, dont l'irrigation. Bonne lecture !

 

Des canaux pour mémoire