Parc national de la Vanoise
-A +A
Share

Le Glacier de Gébroulaz sous surveillance

Situé dans la partie sud-ouest du cœur du Parc national de la Vanoise sur la commune des Allues, le glacier de Gébroulaz s'étend entre 2600 et 3500 mètres sur le flanc nord de l'aiguille de Polset.
Front du Glacier de Gébroulaz : vue de la partie supérieure en 2011
glaciologues retirant la sonde à vapeur de la glace, avant d'y introduire une balise en bois de 4 segments de 2 mètres.
Extrémité de la langue du Glacier de Gébroulaz en 2006

 

Les fluctuations du glacier de Gébroulaz sont documentées depuis 1730. Il est suivi scientifiquement depuis le début du XXe siècle :

  • d'abord par l'Administration des eaux et forêts ;
  • puis, depuis 1990, par le Laboratoire de glaciologie et géophysique de l'environnement (LGGE), unité mixte de recherche du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et de l'Université Joseph Fourier de Grenoble.

 

Le suivi scientifique du glacier

Le LGGE assure chaque année un suivi précis du glacier :

  • réalisation des bilans de masses ;
  • mesure des vitesses d'écoulement de surface ;
  • mesure des épaisseurs et de la position des fronts via des techniques de photogrammétrie et de suivi de balises implantées régulièrement dans le glacier.

Ces données brutes sont accessibles sur le site du LGGE.

 

Les résultats disponibles

Les glaciers représentent environ 10 % de la surface de la Vanoise.

La diminution de la masse glaciaire de Gébroulaz au cours du 20ème siècle est particulièrement importante au cours de deux périodes :

  • d'une part au cours de la décennie de 1940 : La diminution de volume des années 40 est liée à la fois aux chaleurs estivales mais aussi aux faibles précipitations hivernales. La baisse de l'accumulation hivernale qui en a résulté a eu un très fort impact sur l'albedo du glacier et a donc accru la fonte estivale.
  • d'autre part durant les 22 dernières années : Ces deux dernières décennies sont marquées par des étés très chauds en moyenne qui sont responsables, à eux seuls, de la forte récession des glaciers.

Cependant on a pu observer une augmentation très sensible de volume du glacier de Gébroulaz entre 1954 et 1981, puisqu'il a regagné 5 mètres (+/- 1 mètre) d'eau au cours de cette période. Une étude globale sur les fluctuations glaciaires dans les Alpes en relation avec les changements climatiques a montré que ce gain de masse entre 1954 et 1981 est lié aux conditions estivales (plus froides), mais aussi, à partir de 1977, à une augmentation des précipitations hivernales.

 

Ce suivi conduit par le LGGE est assuré dans le cadre du projet GLACIOCLIM, Les GLACIers, un Observatoire du CLIMat, qui est un observatoire de Recherche en Environnement de la thématique "Océan-Atmopshère" portant sur l'étude des Glaciers et du Climat.

Le Parc national de la Vanoise soutient ce travail par une aide financière et logistique.