Parc national de la Vanoise
-A +A
Share

Le suivi du loup

© PNV - Photographie prise à l'aide d'un piège-photo
Féces de loup
© PNV - Piste de loups
Le parc, un opérateur au service du suivi scientifique de l'espèce, sous la coordination de l'ONCFS

Le suivi scientifique des populations françaises de loup est assuré par l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) pour le compte de l’État. Il s'appuie sur un réseau de correspondants locaux, constitué d'agents de l’État mais aussi de bénévoles (chasseurs, accompagnateurs en montagne, éleveurs, etc.) formés à la reconnaissance des grands prédateurs.

Sollicité par les services de l’État, le Parc a accepté d'assurer le rôle de pilote local sur les deux Zones de Présence Permanente (ZPP) situées sur son territoire : La ZPP Encombres-Belleville et la ZPP Haute-Maurienne. À ce titre, il centralise les données d'indices de présence qu'il récolte directement ou grâce aux témoignages qui lui sont remontés (pisteurs, agriculteurs, randonneurs...) avant de les transmettre à l'ONCFS pour validation et analyse.

L'hiver, à la recherche des traces et indices de présence

En hiver, après de récentes chutes de neige, le protocole mis en place dans le cadre des différents suivis du réseau « loup-lynx » nécessite une mobilisation des agents de terrain qui partent à la recherche de traces et d'indices attestant la présence du loup ou du lynx. Dans la neige fraîche les empreintes sont plus faciles à déceler.

Ce suivi des traces s'accompagne également d'une collecte d'indices (crottes, urine, poils, sang) qui sont envoyés au réseau pour des analyses génétiques permettant d'identifier chaque individu, de mieux comprendre l'utilisation du territoire et d'essayer de définir l'effectif minimum des meutes installées.

L'été, des opérations de hurlements provoqués

Le suivi estival du loup repose sur le protocole du hurlement provoqué qui consiste à stimuler le hurlement des loups pour détecter la présence de jeunes et ainsi attester de la reproduction de l’espèce sur une zone. Ce suivi n’est pas mis en œuvre systématiquement chaque année sur tous les territoires mais au cas par cas, à la demande de l’ONCFS, sur les territoires jugés comme prioritaires au regard du bilan hivernal précédent L’objectif de ce suivi est de mieux cerner l’organisation territoriale de certains groupes sociaux connus et de détecter de potentielles nouvelles meutes.

 

Un bilan de la situation au niveau national est réalisé chaque année par l'ONCFS. L'ensemble des résultats issus de ces suivis sont synthétisés et mis à disposition du grand public sur le site de l'ONCFS dans les « Bulletins du réseau Loup ». Une cartographie de l'aire de présence communale du loup et de son évolution au cours du temps est également accessible librement sur le site.

Les liens utiles pour en savoir plus :

 

Vous avez vu un indice de présence de ce que vous supposez être un loup ?

Contactez :

Vous contribuerez ainsi à mieux connaître l'espèce et sa répartition sur le territoire.