Parc national de la Vanoise
-A +A
Share
Le 04/01/2022
Milieu naturel

Opération financée par France Relance

france_relance.png
Éboulis calcaire à éléments fins sans végétation associée dans le vallon de la Sache
Zone humide dans la Réserve naturelle de Tignes-Champagny
Éboulis calcaire en voie de colonisation par la pelouse alpine
La cartographie des habitats est un outil de base pour la gestion d’un espace naturel. Sa réalisation consiste à délimiter sur le terrain des milieux homogènes : une pelouse, une lande, un éboulis, un marais, une combe à neige, etc. et à caractériser le plus précisément possible le type de végétation présent dans cette unité.

Les délimitations se préparent à l’aide de photographies aériennes, lesquelles sont validées sur le terrain où s’effectuent les relevés de végétation. L’ensemble des données collectées est enregistré dans un SIG (système d’information géographique) pour permettre l’édition de la carte.

Sur un espace tel qu'une réserve naturelle, la cartographie des habitats dresse un état des lieux des types de végétation présents, tant sur le plan quantitatif que qualitatif. Par exemple, pour des pelouses d’altitude vont ainsi être distinguées les pelouses acides à Nard raide, les pelouses acides à Laîche courbe, les pelouses calcaires à Seslérie bleutée, les pelouses calcaires à Laîche ferrugineuse, etc..

Les utilisations de la cartographie des habitats sont variées : elle aide à localiser les enjeux pour la conservation des patrimoines naturels, elle facilite la recherche d’espèces patrimoniales (faune, flore, fonge) qui sont dans la plupart des cas associées à un type d’habitat particulier. Sa reconduction après 10 ou 20 ans permet d’objectiver et de quantifier les évolutions de la végétation : par exemple la progression de la forêt, la disparition d’une zone humide, l’intensification d’une prairie.

En l’absence d’un plan de gestion sur la Réserve naturelle nationale de Tignes-Champagny, aucune cartographie n’avait encore été réalisée sur cet espace protégé. La mobilisation des crédits du Plan de relance a permis de procéder à un appel d’offres pour réaliser cette étude. Elle a été confiée à Céline Roux-Vollon, qui dirige le bureau d’études Vernalis (micro-entreprise) situé à Albertville. L’ensemble de la prestation s’élève à 9 450 euros.

Bonne nouvelle, les travaux engagés ont pu mettre en avant une grande diversité de milieux liée à la variété des substrats géologiques (acides et calcaires).

D’autre part ces habitats sont en bon état de conservation, du fait du peu d'activités humaines.

Un outil précieux pour l’avenir et la gestion de la Réserve naturelle de Tignes-Champagny !