Parc national de la Vanoise
-A +A
Share
Le 04/12/2019
Tourisme
Le massif de la Vanoise se distingue par son important réseau de refuges. Le Parc national est propriétaire de 16 refuges, dont 15 sont confiés à des gardien.nes sous contrat d’affermage de 8 ans. Au-delà des missions classiques d’accueil, de restauration et d’hébergement du public, ces gardiens se font les relais d’information des missions du Parc national et participent ainsi à leur niveau aux actions de sensibilisation à l’environnement, notamment à travers la gestion environnementale de leurs refuges.

Isolés géographiquement une bonne partie de l’année et dans le feu de l’action, les temps d’échanges collectifs sont rares. La réunion annuelle des gardiens de refuges de fin d’année est l’occasion de rassembler le réseau des gardiens du Parc avec les différents interlocuteurs techniques de l’établissement pour tirer un bilan de l’année, débattre de sujets forts et se projeter dans l’avenir.

Ce Jeudi 28 novembre, la réunion annuelle a permis d’aborder les sujets suivants :

> BILAN DE L’ANNÉE

Exprimé par chaque gardien en concluant par le point le plus positif et le point le plus négatif de la saison, le bilan a fait émerger les inquiétudes communes liées à la pénurie d’eau de certains refuges en fin de saison et la satisfaction générale concernant l’augmentation des nuitées avec une moyenne de +15%.

Pour ce qui concerne le phénomène de tarissement plus précoce des sources, qui ne fera probablement qu’amplifier avec les changements climatiques, le Parc national lancera en 2020 une étude technique sur l’ensemble des réseaux d’alimentation en eau de ses refuges. L’objectif est d’identifier et de hiérarchiser les points faibles afin d’anticiper les difficultés à venir et réaliser au plus tôt les actions nécessaires à la sécurisation de l’alimentation en eau des refuges.

> TRAVAUX EN REFUGES

Le bilan des travaux réalisés sur les refuges du Parc en 2019 a été présenté. Les plus grosses opérations concernent les refuges de Prariond (rénovation complète du refuge pour une ouverture à l’été 2020) et Plan du Lac (mise en autonomie énergétique du refuge parallèlement au démantèlement de la ligne EDF d'Entre-Deux-Eaux de 20kV, point noir paysager historique du site). En dehors de ces deux opérations exceptionnelles, c’est un budget moyen de 500 000 euros qui est alloué chaque année à l’entretien des refuges.

 

> STRATÉGIE TOURISTIQUE 

Concernant la commercialisation de l’offre refuge, la mise en ligne des nouveaux sites internet et de la réservation en ligne associée a fait l’objet d’un retour d’expérience positif avec l’identification des pistes d’amélioration nécessaire.

Dans la poursuite des échanges, un point d’étape a été fait sur le sujet de l’itinérance et des projets en cours sur le massif alpin. L’assouplissement de la réglementation sur le bivouac à proximité des refuges s’est révélé un succès en satisfaisant à une demande réelle des randonneurs et a permis de mieux répartir les flux entre refuges.

L’offre Nuit en cimes, qui cette année s’est renouvelée en partenariat avec Gites de France, devrait être reconduite plus largement en 2020.

 

> BIENVENUE AUX NOUVEAUX GARDIENS

  • Meije Tournier, gardienne du nouveau refuge de Prariond à Val d’Isère ;
  • Céline Terryn, gardienne du refuge de la Leisse depuis 8 ans a repris le refuge de l’Orgère ;
  • Félix Detrez, nouveau gardien du refuge de la Leisse.

Merci aux gardien.nes qui ont cessé leur activité cette année pour tout le travail effectué dans leurs refuges respectifs ces dernières années : Nicolas Vernon (refuge du Col du Palet), Dany Buisson (refuge de l’Orgère) et Laurent Bois-Mariage (refuge de Prariond).

 

Aux dires de chacun, 2019 aura été une année exceptionnelle en termes de fréquentation. Si les belles conditions météo ont pris part à cette réussite, la motivation et l’implication des gardiens du Parc et de leurs équipes ont également largement contribué aux retours très positifs des visiteurs.