Parc national de la Vanoise
-A +A
Share
Le 06/12/2021
Faune
Le développement de la pratique de sports de pleine nature en hiver - raquette, ski de randonnée - n’est pas sans incidence sur la faune sauvage qui lutte pour survivre à cette saison. Face à ce constat, le Parc national de la Vanoise a engagé en 2020 sur le territoire d’Aussois, une démarche participative de recherche de solutions concrètes avec les habitants, les pratiquants locaux et les professionnels pour aller vers une quiétude partagée dans les espaces naturels en hiver. La soirée du 23 novembre à Aussois était une première étape, avec la restitution d’une enquête sociologique qui a permis de faire le point sur les différentes perceptions locales autour de ce sujet.

 

Avant de rechercher des solutions concrètes pour une meilleure cohabitation entre les loisirs de pleine nature et la faune en hiver, il s’agissait dans un premier temps de mieux connaître les attentes des publics et mieux comprendre les pratiques de sports de nature en hiver. Pour cela le Parc a confié un travail de recherche au sociologue Jean-Pierre Mounet, du laboratoire PACTE (Grenoble) et de l’association Cohérence.

Pour ce travail, le territoire d’Aussois a été choisi pour sa situation géographique à l’entrée de la Haute Maurienne et son statut de haut lieu de la randonnée et de la raquette, en itinérance ou en étoile, favorisée par la présence de refuges et un accès facilité par le domaine skiable.

Au printemps 2020, Cécile Clément, étudiante en Master 2 de sociologie, a ainsi rencontré 29 habitants et représentants d’acteurs de la commune d’Aussois, qui se sentaient concernés par le sujet. L’objectif était d’entendre leur point de vue et leur témoignage sur les interactions entre leur pratique et la faune sauvage. Ce, tout en respectant l’anonymat de chacun, l’objectif n’étant pas de recueillir des informations individuelles.

Les résultats de l’enquête ont été présentés par Jean-Pierre Mounet et Cécile Clément lors de cette soirée à Aussois à laquelle a participé une trentaine de personnes. L’enquête fait ressortir une prise de conscience marquée, et unanime, de l’impact potentiel des pratiques sportives de pleine nature sur la faune en hiver et de la nécessité d’interroger nos comportements. On note également des appréciations diversifiées de la notion de dérangement et des distances à observer vis-à-vis de la faune. Beaucoup pensent par exemple que les animaux s’habituent à l’homme.

Grâce à la contribution des participants à l’enquête, on dispose aujourd’hui d’un état des lieux précieux et d’une base de discussion pour avancer en concertation vers des solutions sur le terrain. Suite à cette rencontre, habitants, pratiquants et professionnels d’Aussois qui le souhaitent, se retrouveront au printemps pour réfléchir, notamment sur la base de cartographies, aux modalités concrètes d’une quiétude hivernale partagée. L’objectif est de travailler ensemble, dans un esprit d’ouverture, en croisant les regards, et en tenant compte des différents enjeux locaux, à la fois écologiques, économiques et de loisirs.

Cette action converge par ailleurs avec la démarche de sensibilisation Be Part of the Mountain que le Parc national de la Vanoise a également engagée depuis 2018 sous l’impulsion d’Alparc, et qui fédère aujourd’hui un réseau d’une quarantaine d’ambassadeurs sur territoire qui, à travers leur notoriété et leur engagement personnel sensibilisent tous les publics.

Contact pour participer à l’atelier de co-construction de solutions à Aussois : Justine Coulombier, chargée du projet. justine.coulombier@vanoise-parcnational.fr

Lien vers l’étude sociologique « Quiétude hivernale en montagne : Ecouter, comprendre, coconstruire et agir ensemble » de Jean-Pierre Mounet et Cécile Clément :