Parc national de la Vanoise
-A +A
Share
Le 27/08/2020
Flore
Non, l’entretien des routes et la protection d’espèces végétales rares qui poussent aux abords ne sont pas incompatibles. Le 10 août, sur la route du col de l’Iseran (Bonneval-sur-Arc) un technicien du Parc national de la Vanoise et des agents du service des routes du Conseil départemental de la Savoie se sont rencontrés pour examiner ensemble comment protéger les végétaux tout en assurant la maintenance et la sécurité de la route.
Échanges entre le technicien du Parc et les agents du Conseil départemental 73
Jonc arctique au Pont de la Neige, sur la route du col de l'Iseran
Travaux d'entretien par le Conseil départemental 73 sur la route du col de l'Iseran

 

Sur la route de l’Iseran (RD 902) au niveau du Pont de la Neige (cœur de Parc national), se trouve un milieu exceptionnel, rare et menacé : le Caricion incurvae. Ce milieu inclut des espèces végétales arctico-alpines protégées, dont la présence remonte aux dernières grandes glaciations. La Vanoise a un rôle majeur en France dans la préservation de ce Caricion, encore bien représenté dans le Parc national.

C’est sur ce site que le technicien du Parc a pu montrer en détail les espèces, dont l’allure n’est pas particulièrement remarquable, comme le jonc arctique ou le carex bicolore, et expliquer leurs besoins écologiques. Les agents du Conseil départemental ont quant à eux présenté leurs techniques et contraintes pour les actions d’entretien courant des routes et leurs abords immédiats.

Ces échanges se sont avérés fructueux, chacun ayant pu mieux comprendre les besoins et contraintes respectifs. Des modalités concrètes de travail ont été définies, les participants ont conçu un cahier des charges partagé pour poursuivre les entretiens de la route : zones de mise en défens, travaux a minima dans certaines zones, défens sur certaines autres. Ont aussi été définies des zones de dépôt de matériaux possible, là où les espèces ne sont pas présentes.

Une procédure d’urgence a également été mise en place, en cas de gros orage par exemple, avec désignation de personnes référentes pour la transmission d’informations.

Dans le prolongement de ce rendez-vous, un mini-chantier en commun est prévu en septembre pour réaliser une mise en défens afin d’éviter le stationnement de véhicules sur du jonc arctique.