Parc national de la Vanoise
-A +A
Share
Le 06/11/2017
Faune
Gypaète barbu adulte en vol
Gypaète barbu : femelle juvénile de moins de 2 ans ; individu bagué et marqué (décoloration de certaines plumes)

Le 7 octobre 2017 s'est tenue, sur l'ensemble de l'arc alpin, la journée internationale d'observation des gypaètes barbus (IOD). Cette opération, dont l'objectif est à la fois d'estimer la population alpine de gypaètes barbus et de fédérer le réseau d'observateurs, regroupe différents espaces protégés des Alpes, des associations de protection de la nature et des bénévoles passionnés par le suivi de cette espèce. Les observateurs, répartis dans plusieurs pays de l'arc alpin, notent avec précision l'heure et la direction prise par chaque gypaète contacté, ainsi que les éventuels individus marqués. Ces données, ensuite analysées, permettront d'obtenir une estimation minimale de la population alpine.

 

Pour le département de la Savoie, ce sont les agents du Parc national de la Vanoise et les membres de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) qui ont assuré ce suivi. Le Parc national de la Vanoise, compte à ce jour 5 couples de gypaètes sur la quarantaine de couples territoriaux que compte l'ensemble de l'arc alpin. Au cours de cette opération, 21 individus différents ont pu être détectés en Savoie. Ainsi, 11 adultes/subadultes (4ans), 6 immatures (3 ans) et 4 juvéniles de l'année (dont celui né en 2017 sur le territoire de la commune de Peisey-Nancroix) ont pu être observés.

Ceci confirme, comme c'est le cas depuis 1986, année du début du programme de réintroduction de l'espèce, que le Parc national de la Vanoise reste un territoire attractif pour cet oiseau charognard qui a la particularité de consommer essentiellement les parties osseuses des cadavres. Les fortes populations d'ongulés sauvages (chamois et bouquetins) y sont probablement pour beaucoup, lui offrant une ressource alimentaire en quantité.

À lire également : L'actualité de la LPO