Parc national de la Vanoise
-A +A
Share
Le 08/03/2018
Tourisme
Refuge du col du Palet, en cœur de Parc
Skieurs de randonnée sur le glacier de la Grande Casse
Refuge de la Valette, en cœur de Parc

 

Les refuges de la Vanoise sortent de leur hibernation et accueillent les skieurs de randonnée et, pour certains, les raquettistes. Vivez la magie d'un départ au petit matin, la liberté et l'autonomie pour découvrir la montagne et le plaisir de skier dans une neige dépourvue de traces... Le printemps est bien la meilleure saison pour cette activité : journées plus longues, températures agréables et, cette année, une neige particulièrement abondante.

 

Afin de vous faire profiter au mieux de la saison, certains refuges sont ouverts et gardés jusqu'en avril ou mai 2018. Pour préparer votre sortie, réservez auprès du gardien.

N'oubliez pas que les itinéraires de ski de randonnée s'adressent à des randonneurs équipés et avertis. Des accompagnateurs en montagne et des guides sont disponibles pour vous aider, adressez-vous aux offices de tourisme ou bureaux des guides de la vallée.

 
Ouverture des refuges du Parc national de la Vanoise
  • Refuge de l'Arpont (Val Cenis - Termignon) : du 20 mars au 2 mai

  • Refuge de la Femma (Val Cenis -Termignon) : du 8 mars au 8 mai

  • Refuge de Fond des Fours (Val d'Isère) : du 7 mars au 2 mai

  • Refuge de la Leisse (Val Cenis - Termignon) : du 22 mars au 8 mai

  • Refuge de Prariond (Val d'Isère) : du 22 mars au 8 mai

  • Refuge de Plan du Lac (Val Cenis - Termignon) : du 20 mars au 30 avril

  • Refuge du Col du Palet (Peisey-Nancroix) : du 27 février au 29 avril

  • Refuge de Vallonbrun (Val Cenis - Lanslevillard) : du 15 février au 15 avril

  • Refuge-porte Le Bois (Champagny-en-Vanoise) : du 22 décembre au 8 mai

 

Contacts

http://www.vanoise-parcnational.fr/fr/des-decouvertes/sejourner-dans-le-...

ou auprès des offices de tourisme de Maurienne et de Tarentaise

Infos sur les autres refuges

www.apidae.fr ou auprès des offices de tourisme de Maurienne et Tarentaise

Ils ont rejoint le réseau des gardiens de refuges du Parc national de la Vanoise !

Aurélien Meignan, gardien du refuge de la Femma
Aurélien MEIGNAN, gardien du refuge de la Femma

Sa plus grande motivation pour être gardien ? Tout simplement « Vivre la montagne au quotidien et partager ce bonheur ».

Habitant les Hautes-Alpes, Aurélien a été pendant plus de 10 ans chef d'une entreprise de charpente et couverture. Une première expérience d'aide gardien au refuge du Promontoire, dans les Écrins, l'a convaincu de sa vocation de gardien. Tout ce qui lui plaisait était là : la montagne omniprésente, l'accueil et le partage, la cuisine et le rôle de passeur d'expérience. Reconversion professionnelle et diplôme de gardien de refuge en poche, il a ensuite été gardien du refuge de la Fare (les Grandes Rousses), fréquenté par un public plutôt familial, puis du refuge Adèle Planchard (Écrins) davantage tourné vers l'alpinisme. Aujourd'hui au refuge de la Femma, il veut avec son équipe faire en sorte que les randonneurs se sentent bien, leur proposer une cuisine de qualité, privilégiant le circuit court et l'agriculture biologique. Et bien sûr, faire découvrir la nature et partager sa passion de la montagne, en faisant de la Femma un vrai lieu d'animation.

Olivier Chomety et Julie Rezer, gardiens du refuge de Vallonbrun
Julie REZER et Olivier CHOMETY, gardiens du refuge de Vallonbrun

Pour Julie et Olivier, être gardiens de refuge est un projet de vie, qui impliquer d'accepter de vivre dans les hauteurs, parfois seuls selon la météo, parfois au milieu de beaucoup de monde.

Tous deux originaires de Haute-Savoie, passionnés par la montagne depuis l'enfance, ils ont pris avec enthousiasme ce printemps le gardiennage du refuge de Vallonbrun. Leurs parcours, leurs expériences variées et leur connaissance de la montagne se complètent naturellement pour ce métier exigeant. Infirmière et naturopathe de formation, Julie a pu mettre en œuvre ses compétences dans des missions humanitaires. Aujourd'hui, avec comme trait d'union, le goût des autres et l'attention portée aux personnes, elle est titulaire du diplôme de gardien de refuge. Olivier, est pâtissier de formation initiale mais aussi menuisier et charpentier-couvreur. Un voyage ensemble, à vélo, en France, Espagne et Portugal, durant 18 mois, avec l'opportunité de gérer pendant une saison un centre de vacances dans les Pyrénées, a confirmé leur projet de devenir gardiens d'un refuge. Pour Vallonbrun, ils ne manquent pas d'idées et veulent avant tout en faire un lieu ouvert sur la nature, convivial, en famille et entre amis, tout en accueillant aussi des scolaires.