Parc national de la Vanoise
-A +A
Share
Le 11/03/2020
Faune
Jeune, marqué sur les plumes
Jeune en vol
Des agents du Parc se concertent pour définir la nouvelle ZSM du Grand Marchet sur la commune de Pralognan la Vanoise

Alors que bon nombre de citoyens couvent la grippe, nos chers gypaètes en décident autrement : ils couvent des œufs !! Certes un par couple mais il semble que le cru 2020 soit exceptionnel ; en tous cas c’est bien parti.

Un petit vol plané d’aire en aire nous permettra d’y voir un peu plus clair, mais attention, en mode virtuel, sans déranger bien sûr !!

Pour notre première étape, cap sur le secteur de Modane. Ici, on marche sur des œufs pour ne pas faire de bruit et ne pas effrayer d’éventuels couples de gypaètes qui voudraient bien s’installer par ici !

Poursuivons sur la Haute Maurienne, dans les gorges du Doron, où traditionnellement depuis maintenant 18 ans le couple de Termignon amène un petit à l’envol presque chaque année. Fidèle à sa réputation, une ponte à eu lieu en fin d’année et la couvaison est en cours. Un peu plus haut dans la vallée, après moult hésitations, le couple de Bessans a fini par s’installer dans l’aire d’Andagne et couve depuis le 7 février. Cette aire, à proximité de parcours de ski hors piste et speed riding, est particulièrement sensible au dérangement. La nouveauté 2020 est ce 3e jeune couple tout fraîchement installé et qui avait tenté l’année dernière de se reproduire, sans succès, à Lanslevillard et qui cette année s’est installé à Bessans vers le col de la Madeleine. La ponte et la couvaison ont débuté le 2 janvier.

Direction le col de l’Iseran et nous voilà sur la Haute Tarentaise où là aussi les gypaètes sont très actifs.  Sur le secteur de Val d’Isère aussi on marche sur des œufs mais cette fois-ci au premier degré ! Tous les couples couvent. Le couple de Val d’Isère nous emmène droit sur les gorges de la Daille où il couve depuis le 19 janvier dans la même aire que l’année dernière. À quelques encablures d’ici non loin de Bourg-Saint-Maurice, le couple des Chapieux couve lui aussi dans la même aire que l’année dernière depuis environ le 1er janvier. Enfin le couple de Peisey-Nancroix, toujours dans son aire aux Sétives couve depuis environ le 11 janvier.

Un coup d’aile et le secteur de Pralognan est en vue. Le couple de Pralognan, qui nichait l’année dernière sur Balme noire, semble avoir déménagé pour s’installer dans une nouvelle aire en cœur de Parc, sous le Grand Marchet. La ponte remonte au 27 janvier et depuis il couve. À nouvelle aire, nouvelle ZSM (Zone de Sensibilité Majeure) jointe à cet article (ZSM du Grand Marchet).

En somme, une saison bien partie qu’il ne faudrait pas mettre en péril. S’il était besoin de le rappeler, le gypaète est une espèce particulièrement sensible au dérangement à cette période de l’année. Tous, restons vigilants.

A ce jour (11 mars 2020), 7 ZSM restent actives (liens de téléchargment en haut à droite). Les autres ont été désactivées depuis le 1er mars.