Parc national de la Vanoise
-A +A
Share
Le 20/03/2018
Faune
 
Il s’en est passé des événements depuis le début d’année. Nous vous informions dans un précédent article que 3 couples sur 5 étaient en phase de couvaison. À ce jour le Parc est heureux de vous annoncer que les 5 couples de Vanoise couvent ! Comment cela est possible ?

 

À la surprise de tous, le couple de Bessans qui avait abandonné l’œuf après quelques jours de couvaison pour des raisons inconnues (probable dérangement) semble couver un nouvel œuf : il s'agirait d'une ponte de remplacement (assez rare chez l‘espèce). Espérons que cette deuxième tentative, même si elle est tardive, puisse être fructueuse ! Si tout se passe bien l'éclosion devrait avoir lieu fin avril.

Concernant le couple de Val d’Isère, il était difficile de savoir si le couple nichait vraiment dans l’aire historique de la Daille. Une visite, le 31 janvier, par les agents du Parc révélait une aire enneigée (40 à 50 cm de neige). C’est bien connu, les gypaètes ne savent pas faire le ménage !

Dans le même temps, une visite en rive droite des gorges de la Daille confirmait la présence des deux gypaètes, vus à plusieurs reprises dans cette zone. Les agents du Parc ont d'abord découvert une nouvelle aire avec branchages et laine mais pas de couvaison. Puis, le 14 février, une nouvelle observation montre un oiseau au nid et depuis ça couve !

Le nid est beau, avec un toit, une belle orientation pour avoir le soleil et à l'abri des vents dominants. Le hic... c'est qu'il se situe dans les gorges de la Daille, couloir de vol des hélicoptères, au dessus de la route, proche de l'altiport, à côté d'une via ferrata… Une collision avec un hélicoptère lors de la relève est le principal risque même s'il semble s'agir du couple habituel de Val d'Isère, Jausiers et Républik 3, aguerris aux activités humaines proches.

Une nouvelle ZSM* a donc été mise en place par le Parc, avec les pilotes du SAF, afin de protéger au mieux les oiseaux. Par ailleurs, une discussion est en cours avec la commune de Val d’Isère, pour la gestion de l'ouverture des deux via ferrata.

Du côté de Peisey-Nancroix, le 5 mars un nourrissage est observé dans l’aire de gypaète de Rosuel sans toutefois voir le gypaèton. La naissance se situe entre le 28 février (dernière visite des agents du Parc) et cette date.

Une observation, le 14 mars, des gardes-moniteurs du secteur de Haute Maurienne nous confirme la naissance du gypaèton du couple de Termignon.

Aux Chapieux, à Bourg-Saint-Maurice, la couvaison semble suivre son cours.

*Qu'est-ce qu'une ZSM ou Zone de sensibilité majeure ?

Il s'agit d'un périmètre de mise en défens tracé autour des aires de nidification de rapaces, concrétisé par un arrêté préfectoral interdisant certaines activités pouvant nuire à la reproduction de l’espèce sur certaines périodes de l’année. Selon la présence ou non des individus, la ZSM peut-être activée ou non du 1er octobre au 31 juillet de l’année suivante pour le gypaète barbu.

Délimitation de la nouvelle ZSM des gorges de la Daille, à Val d'Isère